Antonino Cannavacciuolo

LA MÉDITERRANÉE, EN VISITE AU LAC, TOMBA AMOUREUSE DES ALPES, ET DÉCIDA DE LEUR APPORTER EN DOTE SES PRÉCIEUSES SAVEURS.                                                                                       

Du Sud au Nord de l’Italie, une fusion de saveurs et de plaisirs : Antonino Cannavacciuolo. 


Antonino Cannavacciuolo Chef et patron du Restaurant Hôtel Villa Crespi d’Orta San Giulio.

En bref, un homme, un garçon, au tempérament fort et déterminé… joie de vivre, constance, passion, instinct.  


Un artiste: avec dextérité, il joue avec les produits de sa terre napolitaine tant aimée, les intégrant, les mixant, les amalgamant avec ceux du Piémont, terre de son amour, terre de son épouse.

Aucune limite, aucun scrupule, il ose, il change, il essaie… dans un crescendo constant d’approbations, consentement et sourires de la part des convives: son plus grand cadeau.

Attentif aux conseils, il accepte les critiques et ne laisse rien au hasard, le plus important pour lui étant que le message transmis par ses plats soit compris. 


La présentation de ses créations est sa manière de communiquer ce qu’il ressent, ses pensées les plus secrètes, son art.

Qui par une chanson, qui par une poésie ou un film… Antonino Cannavacciuolo est un artiste qui envoûte les spectateurs par des couleurs et des associations inattendues. 


Inspiré par la tradition et la simplicité des saveurs de sa terre natale, il propose une cuisine jamais banale, toujours surprenante, caractérisée par l’utilisation de matières premières de premier choix en harmonie fusionnelle entre le passé et le présent pour une cuisine méditerranéenne créative, pétillante et émouvante.

Il n’oublie jamais ses origines, le dur travail en cuisine, l’apprentissage; la détermination à s’améliorer, la volonté d’apprendre ; en 2000 il a participé à de nombreux stages dans des restaurants français renommés comme ‘’l’Auberge de l’Ille’’ 3 à Illerhausen et le ‘’ Restaurant Buerehiesel’’ 


Enfin la fermeté, la ténacité, la constance… une recherche continue, surprendre, et encore surprendre, en jouant, en s’inspirant, en grandissant et comme la mer tant aimée, en mouvement constant … et le plus beau c’est qu’il n’a pas encore terminé !


72